Vendredi 3 mars – La Serena - Coquimbo

La Serena - Chili - Amérique du Sud - Voyage
Ce matin, après un petit-déjeuner aussi généreux que servi avec amour à la table commune du El Arbol, nous partons en ville pour réserver une excursion dans la vallée de Elqui

Quelques agences se partagent le gâteau, nous en choisissons une qui porte un nom aussi engageant que vendeur : EcoturismoJe me demande ce qui va se vendre sous ce joli nom prometteur… 

Plage de La Serena - Chili - Amérique du Sud - VoyageEnsuite, direction le plein ouest vers la plage. 
Des plages plutôt, qui s’étirent sur 20 kilomètres entre Punta Teatinos au nord de la Serena, jusqu’à Coquimbo au sud. 

La Serena se trouve pile au milieu, et quand il fait beau et chaud, il doit y avoir l’embarras du choix pour s’étendre sur le sable. 
Aujourd’hui, le choix est encore plus vaste, il vente et il fait frais sous le ciel gris et triste. Mais la promenade, le nez au vent du large est un bonheur. 

Des restaurant, des bars, un casino et tout un tas d’agrès de gymnastique sont posés tout au long du front de mer. 
Les vagues, encore très en forme après leur traversée du Pacifique de quelque 12 000 kilomètres, viennent enfin se reposer sur le sable. 

Plage de La Serena - Chili - Amérique du Sud - Voyage
La baignade est fortement déconseillée, de toute façon, rien n’invite à tremper plus que quelques orteils dans cette eau frisquette et tumultueuse. 

Dans l’après-midi, nous partons à Coquimbo en autobus. Une navette fait des allers-retours entre La Serena et Coquimbo pour quelques maigres pesetas, pourquoi s’en priver ? 

Port de Coquimbo - Chili - Amérique du Sud - VoyageDéposés près du port, nous profitons de cette fin de journée où le soleil et la chaleur ont décidé de faire leur grand retour pour flâner entre les étals des pêcheurs. 

Coquimbo est une ville portuaire longtemps éclipsée par sa voisine plus chic. 
Sur la colline, l’immense et futuriste Croix du Troisième Millénaire veille, du haut de ses 93 mètres, sur la ville de 240 000 âmes. 

Coquimbo vient du quechua ‘’eaux tranquilles’’, et en ce vendredi après-midi, il n’y a pas que les eaux qui soient tranquilles, mais toute la ville.

Barrio Ingles - Coquimbo - Chili - Voyage
Le Barrio Inglés est devenu le quartier branché du coin avec ses restaurants et ses bars tendance. On peut facilement y passer une très belle soirée en faisant quelques pauses bien méritées. 

Les maisons coloniales du XIXe siècle, sont bien restaurées et quelques mannequins endimanchés occupent des balcons donnant l’illusion que tout le quartier est resté figé dans le temps. 

 Coquimbo - Chili - Voyage
À partir du secteur relativement plat du port, des ruelles zigzaguent sur le flanc de la colline pour rejoindre les quartiers haut perchés. 

Point de vue exceptionnel, d’où la vue sur le port et toute la baie est incroyable. 

Dernier tour dans les rues, et sur le port, petits pas perdus en flânerie alors que le jour va se lever ailleurs avant de monter dans un collectivo pour rentrer à la Serena.


Fresque - Coquimbo - Chili - VoyageBarrio Ingles - Coquimbo - Chili - Voyage
Fresque - La Serena - Chili - VoyageBarrio Ingles - Coquimbo - Chili - Voyage



Jeudi 2 mars – La Serena

Autobus Turbus Chili Chile
Après ces belles journées de repos, il est temps de reprendre le cours de notre périple. 
Les jours filent plus vite que les brins de laine d’alpaga sur le rouet de señora Carmen. 
Je n’arrive pas à croire que c’est bientôt la fin, mais la position géographique de la ville sur la carte du pays est indéniable, on se rapproche de Santiago.

J’ai quand même tenté de soudoyer Air Canada, mais le prix demandé pour une rallonge de temps est exorbitant.

La Serena - Chili
Environ 6 heures de route avant d’arriver dans cette ville de presque 300 000 habitants dont la fondation remonte à 1549.
La Serena est agréablement adossée à l’océan et est le point de départ de quelques excursions sympathique, Coquimbo et surtout la vallée de Elqui, berceau du pisco (chilien).

Notre hébergement, l’Hostal El Arbol est à une quinzaine de minutes de marche de la grande gare routière, et l’accueil déstabilisant.
Ayant franchi le dais de magnifiques bougainvilliers éclatants de couleurs vives, nous sommes accueillis par une fringante grand-maman.
Est-ce que cette jolie abuelita nous connaît ? En tout cas, c’est l’impression qu'elle nous donne.
Les bras grands ouverts, elle nous colle un bec sur la joue, nous souhaite la bienvenue et nous appelle ses amours ! À l’image de son pays, Señora Juanita est la générosité incarnée.

Nous posons nos sacs dans une grande chambre confortable et calme, redescendons à l’accueil où nous remplissons les documents officiels, puis armés d’une carte de la ville et du précieux conseil d’un restaurant local, nous partons à la découverte.

Restaurant Daniela - La Serena - ChiliMais d’abord, il faut aller manger. C’est au restaurant Daniela, recommandé par notre hôtesse et à quelques pas de notre refuge, que nous irons nous remplir la panse.
Et quel remplissage ! 

Après le plat, je pensais que c’était terminé, mais ce n’était là que l’entrée… Le plat arrive et je me demande où je vais bien pouvoir mettre tout ça.
Mais j’ai très faim et c’est très bon. Deux raisons pour faire honneur à cette table familiale fréquentée par la population locale. 

Jésus, Marie et l'enfant - La Serena - Chili
Nous passerons l’après-midi à déambuler et nous perdre dans l'entrelacs des rues et ruelles. Admirerons les façades à l’architecture imposante, entrerons dans quelques-unes des 29 églises et serons encore une fois surpris par l’iconographie et le réalisme de certaines statues religieuses. 

Saint Jean-Baptiste - La Serena- ChiliJésus souffrant son martyr en croix, Vierge à l'enfant ébouriffée, petit Saint Jean-Baptiste aux yeux bleu extraterrestre. Il n’y a pas beaucoup de statues idéalisées par ici…

À l’est de la Plaza de Armas, la grande cathédrale date de 1844 et mérite un petit détour.
Le Christ flotte, sans croix, entre les tuyaux en zinc du grand orgue, un endroit serein et frais.



Jésus en croix - Cathédrale de la Serena - ChiliCathédrale de la Serena - Chili

.....

Un peu plus loin, un ensemble de bâtisses forme le centre commercial touristique
La région est réputée pour ses plantations de papayers. La papaye, ce fameux fruit qu’on cueille avec une foufourche. Ben quoi, c’est mon blog, c’est mes blagues !


Pour ceux qui pensent ne pas aimer la papaye, et je peux comprendre pourquoi, je conseille vivement de goûter ceux du coin. Ils sont doux, sucrés et très bons pour la santé.

Alors on en trouve partout. Confits, séchés, frais, en pâte de fruits, en confiture, marmelade, jus, name it !
Par contre, pour le reste, l’artisanat est succinct et tout à fait semblable à ce qu’on trouve dans tous les coins voués au tourisme de masse.

Au Chili, on trouve également pas mal de magasins consacrés à la culture de marijuana. Graines, engrais, accessoires de jardinage, et tout ce qu’il faut pour le fumer. Des boutiques qui ne passent pas inaperçues avec leurs énormes affiches décorées de feuilles dentelées. 

Quelques fresques décorent les façades, des artistes réalisent des sculptures en sable ou en bois, des pianos attirent des musiciens plus ou moins doués et les rues piétonnières du centre drainent une population calme et souriante. J’aime bien cette ville.

Le soir, nous irons goûter aux grillades de la Casona del 900, le décor est beau, mais nous serons déçus par les viandes plutôt fades de notre parrilla. De toute façon, après avoir gargantuesquement festoyé chez Alberto, nous avons placé la barre vraiment haute.

La Serena - Chili



Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...