Amérique du Sud - Le voyage 2017

D'où est venue l'idée de partir en Amérique du Sud ? D'où est simplement venue l'idée de partir… Après un long voyage comme celui que nous avons fait en janvier 2016, normalement, nous aurions du nous contenter d'un séjour pépère quelque part sur une plage de Varadero. Mais non.

Un grand voyage s'imposait, d'abord parce que nous en avions besoin après une année compliquée et ensuite (et surtout) parce que je n'avais pas du tout envie de fêter mon cinquantième hiver les deux pieds dans mes Sorel ou accoudé à un bar d'un hôtel aussi 5* soit-il.

Ainsi donc l'Argentine dont nous rêvions depuis des années fut choisie comme pays de destination. Après, il y eut des recherches sur internet, des guides ramenés de France, des comparaisons de prix, un reportage à la télévision et encore des recherches. 

En fin de compte, c'est le Chili que nous privilégierons pour commencer ce voyage. Plusieurs critères ont fait pencher la balance. 
Le prix du billet d'avion pour Santiago, nettement moins cher que Buenos Aires, la durée du vol et de ses escales, le prix de la vie entre les deux pays et le circuit que j'ai plus ou moins griffonné sur un bout de Google Map. Et puis, c'est quand même génial de parcourir un pays plus long que l'Europe où tout le monde parle une langue que je connais pas !

L'Argentine dans tout ça ? Et bien c'est à coté, alors nous aurons certainement l'occasion de franchir la frontière. 

Je chercherais encore des semaines, comparerais les prix entre différents sites et verrais l'évolution avant de me décider à cliquer sur le gros bouton VALIDER. 
Il y a coté très excitant et en même temps stressant à valider un billet d'avion, surtout que moi, ça me prend quelque part, entre l'envie de dormir et les yeux qui piquent, très tard dans la nuit…

Le billet, c'est fait. Il reste tous les autres détails à régler. En premier lieu, quoi emmener. 
Si un voyage en Asie se révèle fort simple dans le choix des vêtements, celui d'un pays qui fait plus de 4 300 km de long, qui passe de 21 cm d'altitude à plus de 6 890 mètres, de plus de 30º à Santiago à une dizaine dans le sud, de la sécheresse totale dans le désert d'Atacama au climat breton en colère à Chiloé, est un peu plus compliqué.

Heureusement, les allées "plein air" des magasins de sport sont parfaitement adaptées à ce genre de dilemme, et proposent toutes sortes d'équipements techniques très versatiles. Pantalons qui sèchent plus vite qu'ils ne se mouillent, chaussettes et t-shirt en laine mérinos qui tiennent chaud et frais en fonction de la température extérieure, chaussures de rando tellement légères que le sac semble flotter dans les airs, et encore veste ou sac de couchage compressibles qui ne prennent pas plus de place qu'une paire de chaussettes. 

Ok, c'est réglé pour le linge, il reste quelques trucs à finaliser pour assurer nos premières nuits. Ce qui se fera très facilement, finalement, l'internet, quand on s'en sert bien, c'est très pratique.

Ben voilà, tout est presque prêt, il ne reste plus qu'à terminer le boulot, fêter Noël et le jour de l'an, manger et boire plus que le corps d'un humain normal ne puisse en supporter et attendre le jour J.


.
Enregistrer un commentaire
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...