Mardi 26 janvier – 125 km, de Mae Chaem à Chiang Mai. Fait frette en tabarouette !

Parlez-moi d'une nuit tranquille ! 
Si le vent a de temps en temps soulevé les rideaux, et fait entrer un froid polaire dans notre cabane, c'est l'un des endroits les plus calmes que nous ayons connus. 
À 5 h du matin, le tintamarre de la pluie s'abattant sur la campagne nous confirme, si besoin était, les prévisions. Mais l'aube est encore loin, et de toute façon, il fait vraiment trop froid pour sortir de sous ces maigres couvertures. 

Le Doi Inthanon quand il fait beau
La virée jusqu'au sommet du Doi Inthanon qui, fort de ses 2565 mètres domine le royaume, semble compromise. Le ciel est complètement bouché, nul espoir de voir les cimes se dégager dans les prochains jours. 
Nous prendrons donc la route la plus directe vers Chiang Mai. 

En prévision des intempéries, nous revêtons nos tenues étanches et rigolotes. L’entraînement d'hier a eu du bon, nous savons comment nous y prendre pour ne laisser aucun morceau de peau apparent. Hormis mes mains en contact direct avec le vent, je suis aussi étanche qu'un Tupperware. 

Nous quittons Mae Chaem, il ne pleut pas, mais il fait frais. Très frais, le thermomètre indique toujours un pauvre 12º et je ne suis pas optimiste pour la suite du trajet, car nous avons quelques cols à franchir. 
La route est en bon état, mais glissante, tout le monde fait très attention. Mes origines alsaciennes sont un réel avantage pour ce qui est de la conduite dans le froid, le brouillard et l'humidité. 

Le Doi Inthanon quand il fait moche
Dans la montée vers le Doi Inthanon, nous traversons des forêts ruisselantes et fantomatiques. Il fait de plus en plus froid et la visibilité se résume à 2 mètres, il faut redoubler de prudence et anticiper chaque virage. 
Le thermomètre confirme ce que mes doigts gourds ressentent, il fait 7º, mes mains sont complètement paralysées, et je dois souvent les secouer pour y faire circuler le sang. 
La moto, c'est agréable en presque tous temps, il suffit d'avoir l'équipement adéquat. 

Enfin, c'est la descente vers la grande plaine. Le brouillard disparaît derrière nous, la route est sèche et les longues lignes droites succèdent aux virages. Le mercure remonte un peu, mais ne dépassera jamais 13 degrés. 

Je m'autorise des pointes de vitesse, en espérant que le casque miteux de mon passager tienne le coup. Juste avant d'arriver à Chiang Mai, dans la circulation d'un grand boulevard, nous nous arrêtons au Central Plaza Chiang Mai Airport
Immense centre commercial qui, comme son nom l'indique, se trouve à côté de l'aéroport. Une halte bienvenue pour se réchauffer, et prendre un bon repas dans le food court
Nous sommes tentés par un café, mais la multinationale au logo vert à face de sirène, propose ses cafés au double du prix de chez nous. 
Nous trouverons un café local, bien meilleur et sans reverser le moindre sous aux actionnaires déjà trop riches. 
Évidemment, la visite de quelques boutiques s'impose, j'en connais un qui n'est pas sevré et un peu en manque... 

Nous sommes à quelques minutes de la ville, trouvons facilement notre résidence, y stationnons la moto avant de nous défaire de nos tenues extraterrestres et prendre un instant de repos plus que mérité.
Nous aurons finalement le privilège de tester l'étanchéité de nos tenues sous une averse tropicale, je peux confirmer que nous avons fait un excellent choix, autant aux niveaux des couleurs que des matériaux.

New Delhi restaurant
Le soir, nous irons manger dans le meilleur restaurant indien jamais fréquenté, le New Delhi
Anonymement installé sur la rue Ratchawithee, près du pub irlandais, ce restaurant propose d'authentiques plats indiens très bien préparés, parfaitement épicés et servis généreusement. Un must que je recommande chaudement. 

C'est la fin de notre voyage à moto dans le nord de la Thaïlande. Un road trip génial qui nous a mené en des endroits extraordinaires, à la rencontre de gens et de paysages uniques. 

Faire de la moto/scooter en Thaïlande et une expérience que je recommande à tout le monde. Enfin, à tout le monde qui a une connaissance du maniement d'un deux-roues, un peu d'expérience et une grande soif de découverte. 

Le Nord, avec ses belles routes et une circulation plus fluide est le terrain idéal pour de belles journées le nez au vent.

https://www.google.com/maps/d/edit?mid=zcgTcGRJk8v0.kdIALMdO3FeU
.
Enregistrer un commentaire
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...