Jeudi 21 janvier – 240 km, de Chiang Saen à Chiang Dao

Le jour se lève sur le
Camping du Monde
Quelle nuit extraordinaire, j'ai rêvé de chasse au bison et de danse autour du feu. J'ai toujours su que j'avais un peu de sang indien. Enfant, j'avais toujours un arc et des flèches pour tirer sur les copains.

Ce matin, nous nous attaquons à un très gros morceau de route, nous en avons au moins pour 5 à 6 heures de bitume. Sur les conseils de Didier, nous montons au temple, au-dessus du Triangle d'Or d'où la vue est bien plus belle. Effectivement, de là-haut, la vue plongeante sur le fleuve donne une nouvelle perspective à ce fameux trio asiatique. 


Fleuve Mékong
François, un ostéopathe à la retraite et grand voyageur, nous a intimement conseillé de suivre un certain trajet le long de la frontière birmane. 
La petite route 1041, gardée par des militaires qui en autorisent ou non l'accès, n'est pas facile à trouver, elle se faufile entre les arbres le long de la frontière. Puis, elle grimpe rapidement dans la forêt, bien au-dessus des fumées des brûlis, où l'air est propre et frais. 
Le long de la ligne de crête, une série de lacets très serrés, de virages en épingle et un panorama extraordinaire sur la Thaïlande. La route nous emporte jusqu'à un point de vue qui est aussi un poste de garde sérieusement armé. 
Nous pouvons nous promener dans la zone autorisée tout en admirant les montagnes et la forêt du côté birman. 

Ma moto se révèle un excellent choix pour ce genre de route accidentée et montagneuse. La Forza a un peu plus de mal, mais se débrouille finalement assez bien sous la férule d'un motard relativement novice. 
Border Line !
Plus bas dans la vallée, nous retrouvons la route #1, la voie rapide qui mène à Chiang Mai, et la suivons sur quelques kilomètres avant de bifurquer à l'ouest vers Fang. 

La route est quelques fois en travaux et nous devons avaler un peu de poussière lorsque des véhicules nous précèdent. 
Des jardins et des rizières décorent les vallées, le climat plus tempéré des montagnes du nord permet la culture de beaucoup de légumes que la chaleur du sud ne permet pas. 
Nous nous arrêtons dans un grand verger où poussent multitude d'agrumes, oranges, mandarines, clémentines, citrons et kumquats. Le temps d'une pause, d'un jus fraîchement pressé et nous remontons sur nos selles qui deviennent de plus en plus inconfortables.

Après un dernier morceau de bravoure dans les lacets d'une nouvelle montagne, nous 
arrivons en fin d'après-midi près de la ville de Chiang Dao où nous allons passer la nuit. 
Le Rim Doi Resort est un énorme complexe habitué à recevoir des autobus complets de touristes chinois. Par chance, ce soir, ils doivent être ailleurs. 
La salle de restaurant est décorée de tellement d'objets hétéroclites que nous ne savons même pas où regarder. 

Je n'ai pas réservé, mais c'est si grand qu'il paraît impossible qu'il n'y ai pas de chambre disponible. Effectivement, deux chalets à 500 B sont libres et suffisamment grands pour y loger une famille. 


Rim Doi Resort
Après les tipis de Chiang Saen, cette nuit nous dormirons dans des chalets en bois face à un étang glauque où coassent quelques batraciens. 

Après 6 heures d'une route physiquement éprouvante, mais d'une beauté extraordinaire, nous pouvons enfin relaxer et décapsuler une bière, oh combien méritée.


Le Triangle d'Or

.
Enregistrer un commentaire
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...