Dimanche 24 janvier – 75 km en 1864 virages, du Cave Lodge à Mae Hong Son

En route vers Mae Hong Son
La brume a envahi tout le paysage. 
D'après John, c'est un signe de grand beau temps, mais nous ne le saurons jamais puisque nous partons du côté de Mae Hong Son, où les prévisions météo sont médiocres. 

C'est ce matin que nos routes se séparent. Robin prend la route en direction de Chiang Mai où un avion l'attend ce soir et repart à Bangkok. Trois semaines de virée à l'autre bout du monde, un blessé qui a été obligé de rester dans le sud, mais aucun accident à déplorer. L'aventure continue à deux. 

Après un petit-déjeuner vite expédié et par crainte de tomber sur le gros nuage noir que les prévisions météo affichent sur nos écrans, nous partons rapidement vers Mae Hong Son. 
Comme prévu, la brume épaisse de la petite vallée se dissipe aussitôt que nous rejoignons la route. 
Une belle route, avec tout un tas de points de vue plus beau les uns que les autres sur cette nature extravagante des forêts du nord-ouest. Le ciel s'ennuage, mais pas de pluie à l'horizon. 


Wat Hua Wiang
Mae Hong Son est si réputée pour sa route, que l'on en imprime des t-shirts. Il y a officiellement 1864 virages pour rejoindre cette toute petite ville, mais encore une fois, bien accroché au guidon de ma moto, ils seront avalés aussi promptement qu'un paperman dans un CHSLD.

Je retrouve la guesthouse où nous avions dormis il y a 10 ans, mais c'est à présent une occidentale qui en a pris les rênes, et la plus petite des cabanes en bambou se loue à 1300 B la nuit. 
D'ailleurs, ce n'est plus une guesthouse, mais un Lodge… 

Au hasard d'une ruelle, nous tombons sur l'affiche de Johnny's guesthouse, le prix de la chambre est tout à fait dans notre budget à 300B, et l'accueil est super sympa. 
La grosse moto déclenche toujours des regards curieux et des questions, je suis un crâneur ! 

Nous allons visiter le marché et les alentours en ouvrant grands les yeux pour trouver notre tenue des prochains jours. Les prévisions météo ne laissent aucun doute, il va pleuvoir et faire froid, et inversement. 
Hormis nos petits coupes-vent, nous n'avons rien qui puisse nous protéger plus efficacement. Hélas, si les ponchos et autres imperméables étaient légions dans les marchés du sud où nous n'en avions aucunement l'utilité, ici, on ne trouve vraiment rien. 
En désespoir de cause, nous achetons quelques énormes et très solides sacs à poubelles. À défaut d'avoir le prix d'élégance à moto, nous devrions rester au sec. 

Juste à côté du marché, le Wat Hua Wiang, un temple de style birman tout en bois est magnifique. Sa structure est bien différente des autres temples et une petite visite s'impose, même si l'intérieur est quasiment vide. Quelques chiens habillés de gilets très chics s'y prélassent au soleil. 

Sur la route, un petit barbecue propose des têtes de poules en brochettes. Le soleil joue derrière de gros nuages blancs, la lumière est très belle. 


Wat Chong Klang
Au sud du petit lac aux eaux troubles, les décorations et dorures du temple Wat Chong Klang offrent leurs profils très photogéniques dans la lumière du soir. 
Le marché de nuit se met en place, les barbecues s'allument en dessous de hottes aspirantes faites d'un ventilateur et d'un gros tuyau en plastique ou en métal. 
Il y a tellement de bonnes choses à déguster, qu'il est difficile de faire un choix. 

Salades de papaye, grillades de poisson, poulet, calmar ou saucisses, œufs de caille, brioches, il y en a pour tous les goûts. Alors on va se fier sur nos sens et sur certains kiosques un peu plus propres que les autres. 
Une assiette de spaghettis du Yunnan, un som tham, une saucisse épicée, la vie est bien faite. 

Autour de la lumière de notre terrasse, quelques geckos attendent patiemment les insectes attirés par le piège lumineux. 
Nos sommes épuisés et nous endormons alors que la fête commence autour du lac. 
Tant pis, on reviendra.



.
Enregistrer un commentaire
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...