Samedi 9 janvier - Koh Lanta, mob et resto à Saladan

Tiens, mais qu'ai-je fait du décalage horaire cette année ? 
Le gros flacon de mélatonine va repartir dans un prochain colis à destination de Montréal. Pas de coq pour nous réveiller à 4 heures du matin, le silence est de mise, le grand lit très confortable, des vraies vacances de luxe ! 

Un muesli au yaourt et fruits sur la terrasse face à la mer, une théière d'infusion de gingembre, des grandes respirations saines et enfin, la quiétude. 
Bangkok est une ville géniale pour qui la connaît un peu, mais elle est terriblement énergivore. Ce séjour îlien nous sera précieux et régénérateur. 

Aucun programme aujourd'hui. 
Nous prenons possession des motos et montons en direction du nord et du petit village de Saladan. Je veux faire découvrir le petit marché à mes amis, mais il est fermé et nous raterons régulièrement son ouverture. 
Nous parcourons la petite rue, le soleil est un maraud qui va nous faire payer très cher l'outrecuidance de notre présence en cette heure de zénith. 

Nous entrons dans un de ces petits restaurants sur pilotis qui surplombent la passe entre Koh Lanta la grande et la petite. L'eau est bleue céruléenne, le souffle d'air qui fait frisotter l'écume nous rafraîchit un peu, la place à l'ombre est un bonheur indicible. 

Le Som Tam et le khao niao sont parfaitement adaptés à la situation thermique. Moi qui rêvais d'une bonne soupe aux gourganes. 

Il fait trop chaud (je l'ai déjà dit ?) pour continuer plus avant notre équipée. 
Retour à l'hôtel, de toute façon, c'est une première en deux-roues pour nos amis. Je crois qu'ils sont assez éprouvés par ces quelques kilomètres, et je ne veux pas que cela se termine mal dès le premier jour.

Khao Niao et Som Tam
.

Enregistrer un commentaire
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...