Mardi 5 janvier - Bangkok - Boucane et bouffe de rue

Le petit quartier du soi (ruelle) Ngam Duplee abrite quelques petits cafés et restaurants sympathiques. Loin du brouhaha de Sukhumvit, très loin de la cohue babacoolesque de Khao San, j'aime bien ce coin rapidement accessible par le métro, proche du parc Lumphini, et à quelques minutes de marche du quartier chaud de Silom. 

Nous trouvons une terrasse qui sert un excellent expresso et décidons de nous rendre sur Silom Rd, sachant que nos chambres ne seront pas prêtes avant au moins midi. 
Note à moi-même : ne pas marcher en gougounes le premier jour, sur des trottoirs défoncés. 

La chaleur est étouffante, la circulation dantesque, la pollution à son paroxysme, je ne me rappelais plus de ce Bangkok là. Les trois dernières fois, en 2006, 2010 et 2014, les énormes manifestations avaient bloqué les grands axes. 
Le grand centre-ville était d'un calme olympien, il n'y avait ni voitures, ni fumées toxiques, le ciel était bleu. Cet hiver, aux dires de tous, est particulièrement chaud. Et, d'après les prévisions, cela devrait encore s'aggraver dans les prochains jours. 

Les buildings poussent comme des champignons, les architectures sont modernes et audacieuses. Les structures sont… déstructurées, arrondies, tolkienesques, les étages supérieurs sont perdus dans le smog. 
Il y a plusieurs Manhattan dans cette ville de 15 millions d'habitants, dans les différentes couches de circulation grouillent les petites mains. Les barbecues et friteuses ambulantes ajoutent de la fumée à l'air vicié, les voitures, tuk-tuk, scooters, motos, autobus antédiluviens et camions hors d'âge ne font qu'aggraver la situation. 
La brume grisâtre de chaleur pique les yeux et colle les vêtements aussitôt sortis de l'abri des chambres climatisées. 

Mais c'est vivant, ça mange, ça gesticule, marchande, négocie, achète et vend sur tous les coins de rue. Impossible de souffrir de faim, il y a des vendeurs de bouffe partout. 
Fruits frais tranchés et emballés, boulettes de toutes sortes piquées sur des brochettes, fritures de poisson, crabe, crevette, poulet et cochon, soupes au canard, poule et légumes, boissons sucrées en sachet, jus fraîchement pressés, riz frit, nouilles sautées, le traditionnel pad thai, et l'incontournable som tam, la salade de papaye verte qu'il faut penser à commander peu épicée. 
C'est un festival d'odeurs, de fumets et de goût auxquels on succombe le plus souvent possible. 

La journée est avancée, la chambre prête. 
Installation rapide avant d'aller relaxer pour le restant de l'après-midi au bord d'une piscine bucolique loin de toute agitation citadine.

.
Enregistrer un commentaire
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...