Dimanche 10 janvier - Koh Lanta - Des girafes jaune et bleue, Apsara à Old Town

En ce beau dimanche ensoleillé, les bras et les jambes noyés sous une couche de crème solaire, nous traversons l'île au guidon de nos petites 125. 
La route est belle, le point de vue sur la côte est superbe, nous poussons jusqu'à la pointe sud pour voir ce qu'il y a au bout du monde. 

Un café-restaurant-terrasse au-dessus de la mer nous attend. Un chat dort au milieu du parking à gougounes, un bébé sommeille sous le regard attendri de sa maman, les rares touristes chuchotent en attendant leur jus de pastèque ou de mangue. 

Encore plus bas au sud, un petit panneau indique View Point, nous avons beau avoir cherché, de vue, point. 
Par contre, une marche extrême dans la brousse sauvage sur un petit sentier qui ne mène nulle part, ça, on y a eu droit. Des bouffées de vent chaud nous font suffoquer, les sandales s'accrochent tant bien que mal sur les cailloux poussiéreux, mais qu'est-ce qu'on fait là ?
Allez, demi-tour, on ira acheter une carte postale ou on fera une capture d'écran de Google Map. 

Tout au bout du bout de la pointe sud-est, il y a un petit guesthouse. C'est perdu, tranquille au possible et les chambres sont des proues de bateaux baptisées du nom de villes célèbres. 
Une piscine surveillée par des girafes en plâtre et des éléphants bleus darde ses reflets verdâtres vers les cieux. Un ponton fait de branches d'arbres, de bambous, de bric et de broc s'élance sur la mer, j'ai l'impression que c'est solide et m'y aventure. 
Des noix de coco vides, des flotteurs de filet de pêche, des coquillages, des cages à poules, des fruits de je-ne-sais quel arbre se balancent au rythme de la brise et décorent la hutte marine. 

Nous enfourchons nos montures et reprenons la route nord en direction de Old Town, le vieux village de Koh Lanta. 
Un très long ponton s'enfonce dans la mer, quelques bateaux de pécheur s'y bercent en attendant un prochain appareillage. 

Dans le vieux village, il y a quelques touristes courageux qui bravent l'explosion attendue des thermomètres, mais il y surtout Apsara
Ce tout petit restaurant sur pilotis face à la mer sort de la cohorte des restos trop fréquentés. 
Le jeune homme qui s'en occupe parle très bien anglais, la cuisine y est délicieuse et ses tatas sont d'excellentes cuisinières. C'est un vrai bonheur de manger à l'abri du soleil, ventilés par la brise du large. 

Nous visitons quelques boutiques de la rue principale, des magasins vendent des épices un peu trop ventilées, d'autres des souvenirs classiques, c'est touristique et sans grand intérêt.

Nous devons traverser l'île pour rendre la mob de luxe à notre locatrice à 14 heures. Mais on est en Thaïlande et finalement, l'échange ne se fera que le lendemain matin.


.
Enregistrer un commentaire
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...