Cuba 2015 - Les joies du tout-inclus

Observation non-exhaustive des comportements de nos congénères hors de leur habitat naturel.
Les principaux acteurs de ces séjours sont des gens bien de chez nous, nord-américains, hors étasuniens qui sont toujours personæ non gratæ, il en vient aussi de l'autre côté de l'océan. Français, Suisses, Russes, Belges, le buffet est ouvert !


Le Québécois est un bon vivant peu enclin à la violence. Il aime sympathiser rapidement avec le personnel des bars, les serveuses des salles de restauration, les surveillants de baignade et à peu près tous les autres vacanciers.
Il se reconnaît principalement au CH affiché sur le t-shirt et/ou la casquette. Il est fier de sa culture francophone, mais manie aisément les bases espagnoles qui vont lui permettre de se faire comprendre plus rapidement. Ola, gracias, por favor et cerveza sont les mots-clés de ce joyeux luron qui va les distribuer généreusement et avec le sourire, au comptoir ou au buffet. Il a les défauts de ses qualités, il est sociable ! Trop... Non, je vous assure madame qui avez l'âge de ma maman, je ne sympathiserais pas plus avant avec vous. Vous êtes ben ben saoule et j'ai aucune envie de vous frencher, même pas juste un ti bec et je suis pas votre "mon minou" !


Le Canadien... Habite hors du Québec, il ne comprend en général pas un seul mot de Français. De toute façon, la planète entière parle Anglais, c'est aux autres de s'adapter...
Il est identifiable instantanément grâce à la feuille d'érable imprimée sur le t-shirt, la casquette, le sac, le maillot de bain, le bikini ou tatouée sur une partie visible du corps. Toutes ces options sont cumulables.
Il vit en bande qu'il a réussi à former dès son arrivée à l'hôtel et verse de substantiels pourboires au personnel du bar.
Il a une très forte propension à surconsommer des barils d'alcool. On ne le voit jamais sans son énorme fût accroché au bout du bras, qu'il fait remplir de bière, piña colada ou Cuba libre. Comme ça, ça lui évite de retourner au bar trop souvent, c'est loin...
Parlant fort et ne supportant pas bien les effets secondaires de ses beuveries, il finit par trouver un adversaire, francophone de préférence, pour échanger quelques claques.


Le Français ne change pas...
Français, il est, Français, il reste ! Extra Gallia nulla salus comme on dit.
En voyage organisé, il se tient en petits groupes et est fidèle à ses habitudes. Il se demande à quoi peut bien servir la menthe au bar et préfère un Ricard sans glace à un mojito. Aucune amélioration concernant son ignorance des langues étrangères, il n'en connaît aucune. Il est incapable, même après une semaine, de sortir un por favor ou gracias. Il arrive au bar en panique, pas d'glace, pas d'glace !! Je ne sais pas ce qui se dit en Hexagone concernant les glaçons des hôtels internationaux de Varadero, mais cela m'étonnerais que ces complexes prennent le moindre risque d'empoisonner leurs milliers de clients. Ils utilisent de l'eau traitée. Et un drink sans glaçons, c'est moyennement bon.
Impatient, il pousse tout le monde pour être servi en premier. Hélas, il n'a pas encore réalisé qu'il était en vacances, alors il râle tout le temps. Même la météo en prend pour son grade. Mais pourquoi ne se contente t'il pas d'aller visiter l'Autriche ou les Deux-Sèvres ? 
Par contre, il est souvent bien habillé, hyper technique by Quechua ou totaly fashion comme pour un week-end à La Baule. Il ne parle pas Anglais, mais ne sait plus vraiment parler sa langue maternelle sans y coller quelques anglicismes mal prononcés.
Radin, il a ses techniques imparables : laisse traîner un billet sur le comptoir pour être servi en premier et quand c'est fait, tu le récupère. (réellement entendu au bar).


Les Argentins sont nombreux et pourtant on ne les entends jamais. Eux sont rapidement servis puisqu'ils savent bien s'exprimer... Polis avec toute le monde, ils bronzent vite (c'est énervant !) et se promènent en permanence avec un thermos d'eau chaude et leur bombilla plantée dans une calebasse pleine de maté. 

Le Jeune. Calmez-vous, j'ai déjà été jeune et, qui plus est, marin, ce qui fait de moi un spécialiste des bars et des fins de soirées étranges. Mais sérieusement, c'est quoi l'idée de se tartiner dès l'ouverture du premier bar ? Enfin pour ceux qui peuvent patienter, il y en a qui descendent de leur chambre à 8h du matin avec une ou deux Cristal dans les mains, d'autres qui n'ont pas dormi de la nuit et qui arrivent saouls comme des cochons au buffet du petit-déjeuner. 
Il est persuadé que tout un chacun aime la musique qui éructe de son sac à dos, et que son haleine de coyote mort est un parfum prisé des jeunes filles. Il ne comprend pas pourquoi ses voisins de chambre sont fâchés après qu'il ait hurlé toute la nuit, déroulé les lances incendie et poussé à fond le volume de ses hauts-parleurs bluetooth. Les gens sont tellement intolérants ! Il revendique sa swag attitude avec sa casquette croche et sa moue boudeuse. 
Ah, un gars trop saoul c'est vilain, mais une fille c'est vraiment laid !

Étrangement les quelques Russes que nous avons croisés étaient tous fort sympathiques. Familles avec enfants bien élevés, couples style couverture de magazine, jeunes mariés, il n'y a aucune anecdote à propos de ces fiers slaves. Désolé.
------------------
En rafale, je vous évoque quelques acteurs triés sur le volet. Toute ressemblance avec des personnages réels n'est ni fortuite, ni involontaire. 

- Miss Barbie ne maîtrise pas l'utilisation de ses talons hauts. Elle marche toujours très vite tête baissée comme si elle avait une envie pressante et permanente d'aller aux toilettes. J'ai tellement peur qu'elle tombe. Ses rallonges, mal faites, font une vilaine bosse décolorée derrière la tête. 
- Tiffany porte des bijoux en faux diamants et un maquillage extrême, même à la plage. Une belle couche de goudron lui sert de mascara et colle ses sourcils en un épais rideau noir. Le soir, scotchée au bar, elle luit comme une boule disco, des rivières de brillants lui coulent dans la craque de boules comme autant de cascades merveilleuses. Elle avale sa tequila comme un chameau s'abreuve à un oasis et est vêtue comme si elle allait participer au bal du commandant. Le lendemain, elle est fraîche et dispose pour une nouvelle journée de folie. Apanage de la jeunesse...
- Shawinigay n'a pas compris qu'il était en terrain miné. Innocence alcoolisée, il découvre le monde à travers ses yeux d'enfant. Il finira sa première soirée en sang après s'être pris une beigne pour avoir voulu draguer le chef de la gang de rue au coin du bar. On ne l'a plus revu...
- Monsieur Toujours Content est un grand barbu tout en muscles qui passe ses journées à jouer au frisbee, à lancer une balle de base-ball ou de football américain avec son ami. Il a toujours un superbe sourire affiché sur sa face joviale et sympathise avec tout le monde. Il est l'incarnation de la joie de vivre et son geste favori est le fist bumping
- Monsieur Jamais Content, c'est tout le contraire. Un suisse allemand tout tatoué, avec une coupe de cheveux à l'iroquoise venu avec sa petite famille. Après 13 jours, nous l'avons pas encore vu sourire.
- Rase Motte et ses amis. En voilà un joli trio d'imbéciles... Un QI total proche d'un Jello mal figé, abonnés à tous les bars, ils font nuit blanche et ne savent hélas s'exprimer qu'en borborygmes. Le type de clientèle relativement classique de ce genre de vacances.
- Son Père est arrivé de Montréal pour une seule raison : ne jamais dessouler ! Il a la cinquantaine, mais en fait 15 de plus. Il porte les même vêtements pendant toute la semaine et sa main droite n'a jamais eu une température plus élevée que sa bière. Il finit ses journées invariablement en titubant dans le lobby à la recherche de son fils qui est à peu près aussi saoul que lui. C'est d'ailleurs son fiston que nous voyons arriver le matin avec une Cristal dans une main, un Red Bull dans l'autre.

J'en passe des dizaines d'autres, je ne voudrais pas vous gâcher la surprise lors de votre prochain séjour. Ne voyez aucune méchanceté dans mes propos, je ne fait que constater ce que j'ai vu. Il me manque énormément de faits divers puisque le soir je fuyais rapidement les lieux de beuverie.

Cela m'a empêché de me faire des "amis", mais je me souviens de toutes mes vacances. Je vous reviens sous peu avec mon escapade à La Havane.



.





Enregistrer un commentaire
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...