Jeudi 27 février – Jomtien-Pattaya

Il est bon de traîner dans une chambre confortable. 
Même si, hier soir la musique du karaoké voisin a résonné entre les murs, et que je déteste profondément cette activité qui consiste à rassembler toutes les voix qui faussent et les Céline en herbe de ce monde, j'ai dormi comme un voyageur qui se serait levé bien avant les coqs. 

L’activité du jour ne sera pas très compliquée. Prendre un transport (20฿) pour Pattaya, visiter le nouveau Central Festival, un immense centre commercial et y dépenser plein d'argent, se promener le long du front de mer et se perdre dans les ruelles du quartier chaud qui est encore endormi en cette jeune d'après-midi. 
On est loin des plages désertes du sud du Sri Lanka. Même Mirissa qui alignait ses quelques dizaines de chaises longues ne peut sérieusement rivaliser avec le parking à touristes qui s'aligne sur le sable. La mer décline ses tons bleu/bruns et l'odeur des égouts embaume l'air de ses effluves nauséabondes. 

Pourtant on s'y sent bien. La circulation est humaine, personne ne klaxonne, les véhicules s’arrêtent pour nous laisser passer ou du moins respectent notre culot en nous évitant. Qui aurait cru que nous trouverions les rues de Pattaya et dans quelques jours celles de Bangkok reposantes ? 

À cause de l'affluence de millions de touristes, on y trouve aussi un très grand nombre de restaurants de toutes obédiences et des gargotes locales à très bon prix. Les fruits coupés, servis en sacs plastique prêts à manger sont très bon marché, les brochettes de poulet et les salades de papaye verte courent les rues. Le vent transporte des fumets d'ail frit, de sauce aux piments et de grillades galinacéennes

Mais il est bon de retrouver Jomtien où je me régalerais d'un beau gros maquereau grillé servi par une dame revêche. Je peux comprendre son exaspération en observant la clientèle autour de nous. 

Convaincus de nous coucher tôt, nous succomberons aux chants des sirènes et entamerons sérieusement la réserve de Sang Som du rade à coté de notre hôtel. 

Deux heures du matin les bars ferment, nous aussi.


.
Enregistrer un commentaire
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...