Lundi 3 février – Krabi-Bangkok


Dernier réveil dans le sud de la Thaïlande et épilogue d'une première partie de voyage.

Si la côte et les îles de Krabi n'ont rien à voir avec la déchéance putanesque de Phuket, il reste quand même quelques endroits où le touriste est roi. Ao Nang en fait partie avec son front de mer vomissant des ivrognes de leurs bars à entraîneuses, ses indécents seins nus se balançant au grès des âges ou pas du tout grâce aux pouvoirs anti-gravitationnels du silicone, ses je-fais-ce-que-je-veux-j'ai-payé, et de toute la lie que la société de surconsommation peut produire.
div style="font-style: normal; font-weight: normal; margin-bottom: 0cm;"> Heureusement ce genre de faune ne s'éloigne jamais bien longtemps du troupeau avec lequel elle migre. Un peu comme si, éloigné de la meute, homo touristicus ne pouvait survivre.
Alors il suffit de prendre le large, éviter les sites trop réputés comme Koh Phi Phi et aller à la rencontre des habitants. Les Thaïs ont perdus leur sourire légendaire dans ce magnifique sud, mais il revient instantanément en échange du votre et lorsqu'ils se rendent compte que votre attitude est plus respectueuse que condescendante.

Ao Nang et Krabi restent quand même des villes incontournables si on veut visiter Railay, et d'un petit coup de poignet sur les gaz, on s'échappe rapidement.


Koh Lanta a été notre coup de cœur. Une grande île où 10 jours passent rapidement, peu de choses à visiter, mais beaucoup à faire. Une population amicale et chaleureuse, oui gensses du pays, même avec un voile sur la tête ! Des plages pour tous et une différente chaque jour.

Farniente, scooter, hamac, baignade, randonnées, jus de fruits, bars reggae, petites gargotes , restos plus chics, plongée sous-marine, name it ! Les accros de musique, danse du feu et champignons hallucinogènes y trouveront aussi leur bonheur, mais dans leur réserve.

Maintenant, il es temps de passer à autre chose.



J'ai réussi à négocier un prix avec le frère du gérant du motel pour nous emmener à l'aéroport Pour 200B de moins que ce que nous proposait l'agence et surtout cela va nous éviter de prendre un transport jusqu'à Ao Nang et de là attraper le bus qui dessert l'aéroport en plus d'une heure. En à peine vingt minute notre silencieux chauffeur va nous mener à destination, passage des bagages dans la machine à rayons X, enregistrement, tout va très vite. À 13h35 nous décollons pour Bangkok accompagné de quelques rastapoils qui doivent avoir hâte de se laver. Ou pas.


Great Residence
De l'aéroport de Don Muang où nous atterrissons à celui de Suvarnabhumi où nous allons prendre la navette de l'hôtel il y a le taxi, mais surtout il y a le bus gratuit. Sur présentation de la carte d'embarquement d'Air Asia nous pouvons accéder à ce transport très pratique et en quelques 45 minutes nous arrivons au gigantesque aéroport international qui porte un nom difficile à prononcer. Nous cherchons pendant de longues minutes la pancarte du Queen's Garden où j'ai réservé, mais c'est un jeune homme du Great Residencehttp://www.greatresidencehotel.com/ qui vient nous trouver. Le Queen's n'existe plus. La Reine est morte vive la Résidence !

Une chambre confortable, une piscine invitante mais infestée de moustiques, un quartier plutôt désert, mais une carte de resto très correcte. Un hôtel juste pratique car à seulement 10 minutes de l'aéroport, ce qui est parfait pour des transferts entre deux vols.

On se retrouve au Sri Lanka ?

.
Enregistrer un commentaire
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...