Vermont - USA

Je vous l'ai dit et répété, le Vermont c'est à coté, c'est magnifique et en plus les gens sont d'une gentillesse extraordinaire. Ils aiment parler, faire découvrir leur région et leurs produits locaux, utilisent leurs clignotants lorsqu'ils veulent tourner et s’arrêtent même pour laisser passer les piétons. Bonjour civilisation ! 

Habité par les Iroquois, c'est monsieur de Champlain qui en fit le premier la visite en 1609. Samuel trouve l'endroit des Verts Monts charmant, donne son nom au lac, fait bâtir un joli fort, trace quelques sentiers pour que ses soldats puissent se détendre et profite du paysage en pensant à sa doulce épousaille abandonnée au Royaume de France.
Les Anglais ne tardent pas à venir mettre le nez et leur tunique rouge dans cet idyllique tableau, et dès 1724 commence à prendre possession du sud de l'état. Le traître Traité de Paris de 1763 scelle définitivement le sort des derniers colons Français. Batailles, guerres, rivalités, expulsions se feront désormais entre anglophones. Le Traité de Paris de 1783 fera pencher la balance du coté des Américains en exigeant le départ des envahisseurs anglais. Tiens toé !


Quittant Burlington vers le sud, nous longeons le lac Champlain sous un ciel chargé de mauvaises intentions. La route est superbe : à droite les longues eaux, à gauche sous la brume, les collines verdoyantes.
Nous faisons un arrêt dans la toute petite ville de Vergennes pour profiter de la fraîcheur des embruns de la chute de Otter Creek, mais comme il doit faire 15º et qu'il pleut nous ne nous éternisons pas.

En traversant le pont de Chimney Point nous franchissons la frontière de l'état vers celui de New-York. D'un seul coup le lac est à gauche. C'est à n'y rien comprendre.
Hé bien ici aussi c'est très beau, et après quelques kilomètres nous retraversons le lac vers le Vermont en empruntant le petit traversier à Ticonderoga qui en langue iroquoise signifie "à la jonction des deux cours d'eau". J'avais une nounou Iroquoise alors je pratique assez bien cette jolie langue fleurie.

Ici aussi ce sont des Français qui ont posés la première pierre de ce fort nommé Fort Carillon et encore une fois la perfide et jalouse Albion est venue semer le trouble... Comme s'il n'y avait pas d'autres endroits à envahir !

Remontant vers le nord et ce qui semble être une éclaircie nous nous perdons au milieu des vallées, des collines et des prairies. C'est incroyable comme tout devient aventureux lorsque on arrête le GPS !

 Finalement nous revenons à Vergennes pour aller manger au Vergennes Laundry que nous avions vu chez la tentante Josée di Stasio. L'endroit est chaleureux, l'odeur de pain frais titille les narines, les tables accueillantes. Un petit menu de pain maison et produits locaux et une carte des vins sympathique permettent de caler un creux. Nous aurions aimés avoir un accueil un tout petit plus amical au vu de ce que dégage l'endroit.

Ça y est il est revenu ! La grisaille se dissipe et le soleil illumine enfin nos pupilles.

Toujours plus vers le nord et obliquant vers l'est nous allons visiter la capitale de l'État : Montpelier. Capitale, c'est vite dit... 8000 habitants, 7 rues, 28 ruelles et une rivière. Contrairement à ce que son nom pourrait laisser croire, c'est bien une ville fondée par des Américains. Les Français ayant aidé ces derniers pendant la Révolution américaine et parce que la France est toujours à la pointe de la mode, cette modeste bourgade a été baptisée du nom de son aînée héraultaise.
Hormis le fait que les armes sont interdites à la cour municipale et que nous croisons un chien rasta, il ne semble pas se passer grand trouble par ici, mais l'endroit est bucolique et facilement accessible par l'autoroute.

De retour à Burlington nous ratons de 5 minutes la visite de la fabrique de chocolat et devons nous rabattre sur la boutique de Church Street.
Le retour vers Montréal se fera par la voie la plus directe et a peine franchi le poste de douane sous le regard bienveillant d'un officier fatigué le ciel nous tombe sur la tête. Un orage cataclysmique noyé dans un déluge hallucinant m'oblige à trouver le trottoir à tâtons de roue et à espérer ne pas participer involontairement au journal du soir.

Un jour de libre ? Deux ? N'hésitez surtout pas à traverser la frontière américaine et constatez par vous même que nos voisins du sud ne sont pas tous des rednecks acculturés avec un Colt dans une main et la Bible dans l'autre. Ici on préfère la bière et le bon vivre.



.

Burlington - Vermont

Je ne sais même plus si je dois avoir honte de ma procrastination ou en rire...
Depuis le dernier billet de mon voyage à Cuba en 2012, il s'est passé des tonnes de choses, un séjour en France en automne, un autre voyage à Cuba et à La Havane en février, une balade dans le Vermont et un court séjour à New-York en juillet et déjà, dans 27 jours se profilent les prochaines grandes vacances en pays cévenol...
À chaque fois je me dis ça ça fera une super photo pour un super article dans le blog... À chaque fois je passe tout droit et oublie de respecter mes bonnes résolutions. À ma décharge, mon travail m'occupe quand même pas mal. La sale excuse...

Burlington, Vermont, USA...
À peine à deux heures de route de Montréal, direction plein sud, en longeant et traversant les îles du lac Champlain se trouve une charmante bourgade bourgeoise et pimpante d’environ 45 000 âmes : Burlington.
En ces courtes deux heures il faut quand même passer la douane... Si vous trouvez que les douaniers français sont peu aimables, vous les trouverez guillerets à comparer des douaniers américains !
À chaque passage j'ai l'impression d'être le fils caché de Pablo Escobar avec dans le coffre de ma voiture de location toute la production de coco de Colombie et pays avoisinants...
Pas un mot de français, regard accusateur, moue carnassière :  "you don't speak english very well... How will you do to make you understand ?" Pareil que toi patate quand tu penses que toute la planète parle ton langage !
Mais je me suis juste parlé dans ma tête, je n'avais aucune envie de passer quelques temps à Guantanamo Beach...

Passant par le chemin des écoliers, le Lac Champlain offre son immensité à perte de vue. Les collines se jettent langoureusement dans les eaux calmes et au loin les sommets brumeux des Adirondacks veillent à l'harmonie éternelle. Les maisons patriciennes toisent les cabanes de pêcheurs, tout le monde semble vivre en paix. Je vous jure que le paysage permet d'écrire ces mots ! 

Je passe rapidement sur les 2 heures d’embouteillage sur l'autoroute pour cause de chute d'un véhicule dans une rivière du haut d'un viaduc, pour arriver directement en un centre-ville très accessible.
Il existe un stationnement bien pratique en plein centre et qui offre les deux premières heures gratis. À vous de voir si toutes les 1h59 vous voulez sortir la voiture pour refaire un tour gratuit... Le parking du centre commercial Burlington Town Center (1) est idéalement situé et permet d'accéder rapidement à tous les points d'intérêts. Pour les accros de marques américaines, il y a un grand magasin Abercrombie&Fitch et juste à coté Hollister. Les prix en solde sont vraiment intéressants. La rue Church St. (2) qui longe le Town Center est réservée aux piétons et regorge de restaurants, vous n'aurez que l'embarras du choix pour une table et un énorme repas pour quelques poignées de dollars. 


À quelques encablures, le marché coopératif Onion River Co-op (3) propose des tonnes de produits bio, équitables, végés, locaux, etc. 
Les dreads locks, barbes broussailleuses  robes à fleurs et pieds nus côtoient costumes, cravates et souliers vernis. Les habitants sont particulièrement attachés à leur mode de vie et mettent un point d'honneur à privilégier les produits locaux. On peut aussi y acheter à manger, soit au poids soit au détail et s'installer sur une des tables proche de la sortie. Le choix de bières de la région est très éclectique et seule la perspective de tomber sur un douanier zélé risque de vous empêcher de remplir votre valise. Cependant en y passant 48 heures vous avez le droit de ramener pour 800$ de marchandises dont 8,5 litres de bière !

Les rives du lac Champlain offrent une promenade très agréable et un point de vue unique sur l'état de New York. Le Boat House (4) est la terrasse qu'il vous faut pour profiter des dernières lueurs du jour et assister au retour des bateaux-dragons et au coucher de notre bon soleil.
En remontant en ville, et si vous aimez la bière, faites obligatoirement un arrêt au Vermont Pub and Brewery (5), la plus ancienne brasserie artisanale du Vermont. Le terme "plus ancienne" semble évoquer les temps ancestraux des colonies, mais ici il est plus question de 1988... N'empêche que leurs bières sont exceptionnelles, et l'accueil à l'américaine un peu déroutant "Howdy, how are you todayyyyyy ?" Soudain je suis pris d'un doute, est-ce que je connais cette accorte hôtesse ? Non c'est juste la façon excessivement amicale d'accueillir les clients.

Après quelques dégustations il est temps de passer à table. La carte ici est bien fournie, mais je ne saurais trop vous recommander de quitter ces lieux pour descendre la rue St Paul et vous rendre au American Flatbread (6)
En chemin nous sommes surpris par un déluge biblique et arrivons trempés jusqu'au os. Grelottants malgré les 30 degrés nous sommes tout de suite pris en charge par une autre hôtesse d'accueil tellement gentille et souriante que j'ai l'impression de jouer dans une série télévisée.
Je ne sais si c'est le hasard ou notre mine déconfite, mais la demoiselle nous installe à la table VIP juste devant un énorme four à bois dans lequel sont enfournés les flatbreads, équivalents nord-américain de la pizza. La gueule béante de l'incroyable brasier a tôt fait de nous sécher, j'ai comme la sensation de savoir exactement ce que ressens un ravioli chinois dans son panier en bambou !
Non seulement ce plat est délicieux et généreux, mais il combine un prix vraiment attractif et une philosophie environnementale  Tous les produits sont bios, locaux et identifiables. Sans aller dans l'ultra grano, on participe de façon active à la pérennité de l'agriculture et des petits producteurs locaux. Ça fait du bien à l'estomac et à l'âme.
Un parc national (North Beach Park) à 15 minutes de voiture au nord permet une baignade dans le lac et les chemins alentours sont des promesses de belles découvertes.


Avant de partir (en semaine et avant 18h) il faut aller à la fabrique de chocolats Lake Champlain chocolates (750, Pine Street). 
Une de leur boutique gourmande est située en plein centre ville, au 65, Church Street, mais à la fabrique vous aurez droit à un diaporama, une explication (en anglais of course)de la fabrique et à un choix de chocolats "numéro 2", impropres à la vente mais parfaits pour votre porte-monnaie.
Finalement Burlington est une petite ville très attrayante où il fait bon ne rien faire. La richesse des produits locaux, l'authenticité du mode de vie et l'accueil chaleureux des habitants est un gage d'un bon séjour.
Demain nous allons faire une petite virée dans les alentours... 


.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...