Une plage de rave, une parenthèse environnementale et un séjour chez Lucifer - lundi 15 février

Nul besoin de le préciser pour savoir que c’est ici que tous les mois une foule de plusieurs milliers de personnes (le record est de 30 000) se rassemble sous la pleine lune, et aussi maintenant la demie lune, pour danser, boire et faire tout ce qu’il leur serait interdit dans leurs pays respectifs.

Les devantures de bars sont barbouillées de publicités plus alléchantes les unes que les autres.

Fucking cheap bucket, bad boy 4 life fuck bucket get fucked up, chez Emma on Fuck the bucket, avec So&Anna on à meme droit au free sex… alors qu’au Bethlehem’s c’est Good buckets Jesus favourite ! Rambo dit: drink it, lick it, suck it, fuck it, have my fucking bucketTellement de poésie et de charme, vive la civilisation occidentale

Le dernier full Moon a eu lieu il y a une semaine, et la plage est encore jonchée de capsules de bières et de mégots. Nous sommes en 2010 et les mégots sont encore et toujours la pire des pollutions que nous retrouvons sur toutes les plages, même les plus reculées.

Un mégot de cigarette pollue 1 m3 d’eau pendant 1 an.

1000 litres d’eau contaminés pendant 365 jours pour un bête et simple bout de clope qui aurait pu tout naturellement être abandonné dans une bouteille, une boite ou même dis-donc l’idée du siècle : dans un cendrier !

Je veux bien croire que le recyclage et l’environnement sont des concepts de pays riches, mais ce sont des touristes qui pourrissent ces endroits magnifiques !

La pollution est partout, les sacs et bouteilles en plastique (rien qu’au Québec, il s’est consommé en 2008, 1 milliard de bouteilles d’eau en plastique et il faut 100 millions de litres de pétrole pour les fabriquer) sont en train de submerger ce pays.

Il y a quelques efforts faits avec des bouteilles en verre qui sont réutilisées, mais il n’y a qu’à Bangkok que nous avons vu cela. Dans les iles, une fois les bouteilles vidées, elles sont tout simplement brûlées dans un abject et odorant feu de misère. Voila le doux parfum des iles paradisiaques du sud de la Thaïlande…

Nous retournons au temple pour bénéficier d’un sauna aux herbes. Il nous en coutera 50 bahts et nous craquerons pour un gommage au gingembre et curcuma a 70 bahts. Quelques séances dans la petite caverne surchauffée pour exsuder et faire sortir toutes ces mauvaises toxines, entrecoupées de douches froides, un vrai bonheur, un petit plaisir à petit prix.

Je ne comprends pas pourquoi les langoustes font un tel scandale pour quelques minutes de cuisson !

.

Enregistrer un commentaire
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...