Location de mob, encore une cascade à sec et une route impraticable - lundi 15 février

Ce matin nous nous attaquons à la bonne humeur légendaire des iliens…

Je parcours quelques boutiques de location de mobylettes, mais quand ils ne me prennent pas carrément pour un con en me vantant les mérites d’une machine dont les jauges, les freins ou la pédale de vitesse ne fonctionne plus, ils me disent tout simplement que le moteur n’est passez puissants pour deux gros fàrangs comme nous !


Je crois rêver et suis sur le point de perdre ma legendaire patience aussi légère que la plume que je vais leur foutre dans le cul avant de les jeter par la fenêtre pour savoir s’ils savent voler !


Finalement la face de raie de l’hôtel gagnera mes 250 bahts pour une mob toute neuve que je n’ai pas intérêt à égratigner sinon ca va me couter le reste de mes vacances !


Aucune route ne fait le tour complet de l’île, nous ferons donc quelques tours et détours pour en voir une toute petite partie.

Dans le nord, nous tombons sur une coopérative de séchage de calmars. L’odeur est forte, mais le travail manuel et collectif rend la visite captivante. Les femmes coupent les mollusques, les nettoient et les disposent sur des claies au soleil. La bestiole fini par s’écraser et se déshydrater avant de garnir les cordes à linge des vendeurs ambulants.


Nous faisons demi tour en empruntant la route qui traverse l’ile du nord au sud en passant par une fameuse cascade que nous savons d’avance à sec.

Bien sur je ne peux m’empêcher de passer voir, il faut bien s’occuper, sinon notre tour finira à midi !

Et puis j’ai mis 2 litres d’essence dans le réservoir et je ne compte absolument pas y laisser la moindre goutte…


Comme de bien entendu la cascade semble prometteuse pendant la saison des pluies, la montée est raide et les grognements de singes invisibles rendent la promenade exotique. Nous croisons un groupe mené par un guide, eux auront payé pour pas grand-chose…

Les photos vantant la promenade ont bien sur été faites lorsque l’eau est abondante et les visages hilares des touristes ne prouvent pas grand-chose, de toute façon tout le monde se drogue ici !


Nous poursuivons notre route, vers les plages du Full Moon, nous arrêtons manger dans une cantine populaire tenue par des femmes à Thong Sala.

Nous y mangeons très bien et finissons avec des rouleaux printaniers frais faits, farcis de menthe et coriandre, un vrai délice.


A Baan Thaï nous tournons à gauche en direction de Haad Thong Nai Pan Yai, une baie perdue au nord-est de l’ile.

J’aurais mieux fait de lire correctement la carte qui affichait au moins 8 points d’exclamation jaunes et précisait que la route n’était pavée que sur les 4 premiers kilomètres, se transformant ensuite en dirty road


Après 20 minutes de cross avec une mob neuve, un passager et un frein arrière hésitant, nous faisons demi-tour, préférant continuer sur une route normalement goudronnée…

.

Enregistrer un commentaire
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...