dilemme gastronomique et réunifications nationales - 26 janvier

Que manger ce soir ?
Nous faisons attention le matin et le midi de ne pas trop dépenser, alors le soir nous pouvons nous offrir un repas un peu plus élaboré.
Nous jetons notre dévolu sur une pizzeria où le service se révèle moyen mais la pizza un vrai délice.
Par contre la clientèle est insupportable !

Un groupe d’énergumènes transalpins laisse leur petit garçon hurler sans y trouver matière à réprimande.
Je constate encore une fois que la force du cri d’un enfant est inversement proportionnelle à sa taille…
Sa mère se goinfre comme si ce devait être son dernier repas, la gent masculine est hautaine et insultante avec le personnel, encore une adresse où nous ne mettrons plus les pieds.

A l’autre bout de notre planète il est étonnant de constater comment les peuples font leur possible pour manger national et rester entre eux.
Les pizzerias sont remplies d’Italiens (sauf nous deux), les pâtisseries danoises sont dévorées par leurs congénères, le Grand Prix est plein de Gaulois, les Allemands se rassemblent tous sous la bannière rouge, noire et jaune, il n’est pas question de voir les Japonais loin de leur soleil levant…
Quel étrange dépaysement !

Il est toujours agréable de rencontrer un compatriote loin de chez soi lorsqu’on est parti depuis longtemps et qu’on n’a pas parlé français depuis des semaines (expérience personnelle), mais se retrouver les uns sur les autres autour d’un plat national n’est pas une chose que nous recherchons forcément.

Sinon donnons tous rendez-vous chez Capri autour d’une poutine et d’une bière d’épinette, ça nous coûtera moins cher !

Au passage je viens d'apprendre que la bonne orthographe était dilemme et non dilemne !
.
.
Enregistrer un commentaire
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...