Comme un cheveu sur la soupe !

L'hiver est là ! Je répète : L'HIVER EST LÀ ! Depuis que je suis arrivé en cette province bénie par la déesse Kaïla on m'a toujours répété qu'il fallait oublier tout signe extérieur de mode et privilégier le bien être et la survie dans une contrée balayée par les vents du grand nord.
Ainsi troque-je mes délicieux mocassins, mon costume Armani, mon écharpe Dior et mes chemises Saint Sens, pour une paire de bottes, des couches de sous vêtements en laine polaire et un gros manteau avec capuche doublée de fourrure (fausse hélas !). 
Confortablement installé dans mon accoutrement de vénérable chasseur Inuit, je contemple mes frères humains qui résistent encore et toujours à l'envahisseur Hiver. 
Dans un froid aussi glacial qu'un soupir d'Emo qu'un coup de vent vient de décoiffer, et alors qu'il neige à pierre fendre, le jeune et délicat métrosexuel (il parait qu'on est passé au übersexuel...), parfaitement coiffé ne peut de toute évidence se parer d'un couvre chef. 
Ses mèches peroxydées dégoulinent sur un visage que l'on devine maquillé et trop bronzé, comme des algues sur un granit breton à marée basse... Qui a l'air fou à présent ? 
Je suis bien à l'abri de ma caverne duveteuse et profite de ce spectacle avec grand bonheur.  Joyeux Hiver !

Le Père Noël est incroyable !


Il y a approximativement deux milliards d'enfants sur terre.
Comme le Père Noël ne visite pas les enfants musulmans, hindous, juifs ou bouddhistes (sauf peut-être au Japon), ceci réduit la charge de travail pour la nuit de Noël à 15% du total, soit 378 millions.
En comptant une moyenne de 3.5 enfants par foyer, cela revient à 108 millions de maisons, 54 millions en présumant que chacune comprend au moins un enfant sage.
Le père Noël dispose d'environ 31 heures de labeur dans la nuit de Noël, grâce aux différents fuseaux horaires et à la rotation de la terre, dans l'hypothèse qu'il voyage d'est en ouest, ce qui parait d'ailleurs probable. Cela revient à 967,7 visites par seconde.

Cela signifie que pour chaque foyer chrétien contenant au moins un enfant sage, le père Noël dispose d'environ un millième de seconde pour stationner le traîneau, sauter en dehors, dégringoler dans la cheminée, remplir les chaussettes, distribuer le reste des présents au pied du sapin, déguster les quelques friandises laissées à son intention, regrimper dans la cheminée, grimper dans le traîneau et passer à la maison suivante.
En supposant que chacun de ces 108 millions d'arrêts sont distribués uniformément à la surface de la terre,
nous devrons compter sur environ 1,4 kilomètres par trajet.

Ceci signifie un voyage total de plus de 150 millions de km, sans compter les détours pour ravitailler ou laisser pisser les rennes magiques.
Le traîneau du père Noël se déplace donc à 1170 km/s (3000 fois la vitesse du son).
A titre de comparaison : le véhicule le plus rapide fabriqué par l'homme, la sonde spatiale Ulysse, se traîne à 49 km/s.
600 000 tonnes voyageant à 1170 km/s créent une énorme résistance à l'air.

Celle-ci ferait chauffer les rennes, au même titre qu'un engin spatial rentrant dans l'atmosphère terrestre.
Les deux rennes en tête de convoi absorberaient chacun une énergie calorifique de 14 300 millions de joules/seconde.
En bref, ils flamberaient quasi instantanément, exposant dangereusement les deux rennes suivants.
La meute entière de rennes serait complètement vaporisée en 4.26 millièmes de secondes, soit juste le temps pour le père Noël d'atteindre la cinquième maison de sa tournée.

Pas de quoi s'en faire de toute façon, puisque le père Noël, en passant de manière fulgurante de zéro à 1170 km/s en un millième de seconde, serait sujet à des accélérations allant jusqu'à 17 500 G.
Un Père Noël de 125 kilos (ce qui semble ridiculement maigrichon) se retrouverait plaqué au fond du traîneau par une force de 2 157 507,5 kilos, écrabouillant instantanément ses os et ses organes et le réduisant à un petit tas de chair rose et tremblotante.

Mais la magie de Noël démoli toutes ces hypothèses et ne valide qu’un texte un peu scientifique…
.
.

Zestes confits et zestes au chocolat













Voilà une recette qu'elle est simple et facile à réaliser quoique longue, et qui contentera TOUT le monde ! Si ce monde là aime le chocolat et/ou les agrumes et/ou le sucré et/ou les petites affaires cute !

Utilisez de préférence des agrumes non traités vous seriez surpris de voir la liste de tout ce qui se trouve sur une écorce, entre la cire de voiture pour les faire briller, les pesticides insensibles au rinçage classique, les fongicides pour empêcher une moisissure trop rapide, insecticides, et autres -icides... Sinon trempez, lavez, et frottez à la brosse avec un savon à légumes (oui oui ça existe et le résultat est surprenant).
  • oranges, citrons, pamplemousse, pomelos, tout agrume que vous aimez
  • sucre en poudre (même poids que les zestes après ébouillantage)
  • chocolat noir (Tanzanie pure origine 75% ohhhhhhhh miam !)
Pour des agrumes confits ce n'est pas la peine de les sucrer ni de les enduire de chocolat, ils peuvent alors entrer dans la composition de vos biscuits préférés comme eux ou eux.
  1. Laver soigneusement les agrumes et prélever les zestes.
  2. Mettre les morceaux d'écorce dans une grande marmite d'eau froide additionnée d'1 c à café de gros sel et porter à ébullition. Faire bouillir pendant 5 min puis égoutter les écorces et les passer rapidement sous l'eau froide. Remettre les morceaux d'écorce dans la marmite et recommencer l'opération de blanchiment 3 fois (donc, 4 bains en tout dont 1 avec du sel).
  3. Égoutter et laisser refroidir.
  4. Dans une casserole, faire un sirop en mettant à chauffer le même poids de sucre et le même poids d'eau que celui des lamelles d'écorce. Dès que le sirop commence à bouillir, verser les écorces et laisser frémir 5 min. Éteindre le feu et laisser refroidir (environ 20 min). Recommencer 2 fois cette opération puis couvrir la casserole et laisser reposer plusieurs heures voire la nuit.
  5. Le lendemain dans votre cuisine qui fleure bon l'orange redonner un coup de chaud à votre casserole et faite réduire tranquillement le sirop.
  6. Déposer les zestes sur une grille et laisser sécher une journée ou deux.
  7. Saupoudrer de sucre (dans une boite avec un sucre à la lavande, secoue secoue secoue)
  8. Faire fondre le chocolat au bain-marie.
  9. Tremper chaque zeste dans le chocolat. Laisser refroidir sur un papier.
.
.

Gewüerzbredele - Biscuit aux épices

La recette est ICI

.

JOYEUX DÉCEMBRE !


Non mais franchement !
Je me demandais sur quel sujet j'allais bien pouvoir m'étonner avant cette fin d'année tumultueuse.

Les commerçants du Plateau Mont Royal, ont décidé unilatéralement de souhaiter Joyeux Décembre !
JOYEUX DÉCEMBRE !
Un peu tordu...

Pour ne pas froisser les susceptibilité des ethnies, ne pas créer de clivages entre les acteurs de nos sociétés multiculturelles, ouvrons grands nos bras, vive l'amour !
A force de vouloir essayer de plaire à tout le monde nous allons ostraciser des gens qui ne demandaient rien du tout.
Noël n'est pas la fête des Sikhs, Musulmans, Taoïstes, et autres Alévistes ? Et alors ?
Cela n'empêche personne de festoyer et de profiter de cette fête d'origine païenne.

Les accommodements raisonnables, ou comment fabriquer des problèmes qui n'existaient pas...


JOYEUX NOËL !
.
.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...