Ribeauvillé

11 septembre

Nous avons quitté Colmar pour une visite éclair à Ribeauvillé.
Superbe petit village d'un peu plus de 5000 âmes, sa population explose pendant l'été...
Heureusement ce mois de septembre est beaucoup plus calme, quelques retraités animent encore cette bourgade et nous pouvons aisément circuler entre les maisons à colombage.
Tiens pour la petite histoire, voici celle des châteaux qui surplombent Ribeau'

Quand on regarde les trois châteaux qui dominent la ville, la splendeur du Saint Ulrich ou le nid d'aigle du Girsberg, on se demande quelle lignée d'illustres dynasties un peu mythiques ont pu vivre ici. On raconte ainsi que deux frères habitaient le Saint Ulrich et le Guirsberg et se réveillaient chaque matin en envoyant un carreau d'arbalète dans le volet de l'autre. Hélas, un matin, l'un des seigneurs tua son frère qui ouvrait son volet au mauvais moment. Le meurtrier disparut, dit-on, à jamais, mais son fantôme rôde parfois autour du château, et, dans le hurlement de la tempête, entraîne avec lui dans les airs une chasse infernale d'un château à l'autre.

A 14 ans quand t'es scout et que tu décides de dormir aux abords
de ces châteaux, tu fais un peu moins le fier !!

La fête des Ménétriers (Pfifferdaj)
D'après la tradition, un seigneur de Ribeaupierre aurait donné une pièce à un ménétrier qui avait cassé son instrument. Pour le remercier de sa générosité, les ménétriers choisirent cette famille comme suzerain. C'était il y a plus de 600 ans...
En réalité, au moyen- âge, les empereurs avaient besoin de surveiller cette corporation remuante sinon inquiétante. Ils avaient choisi un seigneur alsacien pour en assurer le patronage et lui assurer une organisation. C'est dans ce cadre qu'est née la fête des ménétriers : c'était l'occasion de se retrouver et de régler les conflits. Les ménétriers se réunissaient dans les auberges de la ville pour la fête de la Nativité de la Vierge (8 septembre) : ils assistaient à la messe puis rendaient hommage au seigneur dans la grande cour du château ; le lendemain, le tribunal tenait audience. Pendant tous ces jours, il y avait grande ambiance de fête dans toute la ville. Cette situation se prolongea jusqu'à la veille de la Révolution : le dernier "Pfeifertag" fut célébré en 1788. Mais après les ménétriers, les ribeauvilléens conservèrent la fête sous le même nom. D'abord simple Kilbe, elle prit petit à petit de l'importance, grâce aux sociétés locales, avec de nombreuses attractions dont la plupart attirent aujourd'hui encore un public de plus en plus nombreux.
(source http://www.ribeauville.net/histoire/histoire_d1.html)
Posted by Picasa
Enregistrer un commentaire
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...